Livre blanc en français

Pour être orienté sur ce qu’est ce livre blanc, ses buts, son organisation, etc. : [Introduction]
Pour accéder aux références : [References]

Menu des sujets traités

  1. Fondements statutaires
  2. Les Nouvelles Pratiques de la Philosophie (NPP)

(page en construction …)


1. Fondements statutaires

(à compléter …)


2. Les Nouvelles Pratiques de la Philosophie (NPP)

2.1. La philosophie « pratique » vs « académique »

Si la philosophie « académique » enseigne l’histoire de la philosophie ainsi que les écrits de philosophes réputés, la philosophie en tant que « pratique » veut donner accès à la « boîte à outils de la pensée ». Si la philosophie « académique » exige l’érudition pour entrer dans l’élite, la « pratique philosophique » se veut accessible dès le plus jeune âge.

Dans le courant des pédagogies actives (learning by doing), la philosophie en tant que « pratique accompagnée » est reconnue et soutenue par l’UNESCO. Elle s’exerce sous la forme d’ateliers, conduits par une personne formée à l’animation, pour un groupe de participants et sur la base de discussions orales.

L’écrit est très peu mobilisé et le numérique est absent dans la consuite des animations.

2.2. Une communauté de praticiennes et praticiens

Plusieurs auteurs considérés comme les « pères fondateurs » ont développé différentes approches et ont écrit des ouvrages qui font référence : Matthiew Lipman, Michel Tozzi, Jacques Levigne, Oscard Brenifier (ajouter les principaux titres et liens dans References, classés par nom)

Bien d’autres ont suivi le pas. Une communauté de praticiennes et praticiens (formateurs, animateurs, chercheurs, professionnels et bénévolants) s’est formée à l’échelle internationnale, plus ou moins organisée en réseaux, se rencontrant à l’occasion de colloques et produisant une abondance de livres, articles, films, sites Internet, etc.

Il n’existe pas de plate-forme numérique vraiment satisfaisant permettant de trouver qui est qui, qui fait quoi, quels sont les événements à venir, les ressources pertinentes selon des critères utiles.

2.3. Reconnaissance par l’UNESCO

La Pratique philosophique est le terme générique utilisé par l’UNESCO pour désigner « diverses modalités de mise en oeuvre du philosopher » (Goucha, 2007, P. 251). [Document pdf téléchargeable]

Définition de l’UNESCO synthétisée

La pratique philosophique est, en sa finalité, l’activité constitutive d’un sujet pensant qu’elle met à l’épreuve par un questionnement, l’échange et la discussion en groupe, lors d’un processus encadré par une personne compétente, en vue de l’évolution des représentations ou des opinions des apprentis-philosophes.

Définition complète de l’UNESCO

« Terme général utilisé pour regrouper diverses modalités de mise en oeuvre du philosopher. Elles se définissent et se distinguent de l’activité philosophique académique par les caractéristiques suivantes, qui varient en intensité selon les pratiques spécifiques. La pratique philosophique est avant tout, en sa finalité, l’activité constitutive d’un sujet pensant, individuel et collectif. En ce sens elle prend pour ancrage ce sujet, qu’elle met à l’épreuve. Elle implique en général une dimension dialogique de l’activité philosophique. Elle est ouverte à tous, puisqu’elle n’exige aucune connaissance a priori, bien que sa mise en oeuvre implique pour son apprentissage la collaboration d’une personne compétente. Elle insiste nettement moins que la philosophie académique sur l’histoire de la philosophie et l’érudition, et n’exige pas la référence aux auteurs. Elle développe une culture de la question, plutôt que de la réponse, et favorise l’échange et la discussion, en vue de l’évolution des représentations ou des opinions des apprentis-philosophes. Les pratiques philosophiques se distinguent entre elles par le public auquel elles s’adressent, leurs finalités et leurs méthodologies, ainsi que leurs présupposés philosophiques. » (Goucha, 2007, page 251)

La Chaire UNESCO « Philosophie enfants »

Depuis 2016, l’Université de Nantes portent la première et unique Chaire UNESCO spécifiquement consacrée à la pratique de la philosophie avec les enfants :
Chaire Unesco « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale » [Lien vers le site]

2.4. Quelques terminologies utilisées

Pour refléter la diversité des pratiques, la terminologie « Nouvelles Pratiques Philosophiques (NPP) » est utilisée en francophonie.  Un colloque annuel permet aux professionnels de se rencontrer et d’échanger sur les projets développés, les techniques d’animation et de formations ainsi que les recherches conduites, notamment en distinguant des contextes particuliers tels que « à l’école », « dans la cité », « au travail », ou pour des besoins particuliers tels que « la formation », « les soins » ou encore en lien avec d’autres disciplines telles que « l’art ».

Différentes terminologies, avec leurs acronymes respectifs, précisent différentes approches de Pratiques philosophiques, selon des méthodes développées par des auteurs différents ou en précisant des publics visés. En voici un aperçu (liste non exhaustive), en francophonie :

  • PPE et PPEA : Philosophie Pour Enfants respectivement Philosophie Pour Enfants et Adolescents sont des expressions génériques utilisées pour désigner la Pratique philosophique spécifiquement rendue accessible aux jeunes publics.
  • DVP et DVDP : Discussion à Visée Philosophique respectivement Discussion à Visées Démocratique et Philosophique sont deux acronymes se référant à la méthode développée par M. Tozzi, avec A. Delsol et S. Connac.
  • CRP : Communauté de Recherche Philosophique ou la pratique du dialogue philosophie en communauté de recherche ou encore la pratique du dialogue en CRP sont des expressions qui font référence à la méthode de Matthew Lipman.

Dans le monde anglophone :

  • P4C ou P4(w)C : Practice of Philosophy for (with) Children
  • PIwC : Philosophical Inquiry with Children
2.5. Intérêts et limites des NPP

(à compléter …)